L'unité de pédopsychiatrie périnatale à Noisy-le-Sec

« Un bébé qui, au cours d'observations répétées, semble se replier sur lui-même, ne s'anime pas dans la relation à l'autre, voire évite son regard, bouge peu, fait un peu toujours les mêmes gestes, émet un peu toujours les mêmes vocalises, est un bébé en souffrance. Ce retrait relationnel peut témoigner tout autant d'un trouble du lien avec ses parents, d'un déficit sensoriel, d'une douleur chronique qui l'empêchent d'être là. Plus le diagnostic est précoce, meilleure sera la prise en charge » avertit le Dr Benoît Quirot, pédopsychiatre à l'ESP-Ville Evrard (pôle I 03). Or, sur le département de Seine-Saint-Denis, seulement 21,8% des mères ont accès, au 4è mois de grossesse, à l'entretien prénatal de diagnostic précoce de situations de vulnérabilité psychosociale.

Lire la transcription de la vidéo

Un centre de prévention et de soins

Pour pallier ce déficit et compléter son offre de soins de proximité, l'équipe de pédopsychiatrie périnatale de l'EPS Ville-Evrard, jusqu'alors mobile, s'est installée en juin 2013 dans la première Unité de psychiatrie périnatale de l'Etablissement : un lieu d'accueil et de soins ultra-moderne, associant un centre de consultations et une unité d'hospitalisation de jour, situé en face du pôle mère-enfant du CHI André Grégoire où 3 200 bébés sont nés en 2012.
« Notre Unité a une double mission de prévention et de soins dans le champ de la psychopathologie périnatale, c'est-à-dire de l'ensemble des troubles précoces de la relation parents-bébé susceptibles de menacer le développement et le devenir de l'enfant. Ces troubles peuvent être liés à une dépression post-natale de la mère ou à une pyscho-pathologie parentale avérée, antérieure ou non à la grossesse et à l'accouchement. Ils peuvent être également induits par la prématurité du bébé, la découverte d'un handicap, des antécédents d'enfant décédé dans l'histoire familiale » explique le Dr Quirot, responsable de l'unité.

Pédopsychiatrie périnatale à Noisy-le-Sec

Un dispositif d'intervention varié assurant une continuité de la prise en charge

L'offre de soins proposés aux parents et bébés, de la grossesse jusqu'aux 18 mois de l'enfant, combine :

  • un travail de liaison conséquent au sein du pôle mère enfant de l'hôpital André Grégoire (services de maternité, de pédiatrie et de réanimation infantile). L'équipe de psychiatrie périnatale intervient alors soit directement auprès du nouveau-né et/ou de ses parents, soit indirectement auprès de l'équipe soignante de l'hôpital.
  • des consultations en aval et/ou en amont de la grossesse, en relais du travail de liaison au sein de l'hôpital et à partir de demandes du réseau extrahospitalier : psychologues de la consultation protection maternelle infantile (PMI), centres médicaux-psychologiques (CMP), sage-femmes, pédiatres... Ces consultations peuvent être associées à des interventions à domicile d'infirmières et/ou de puéricultrices.
  • un accueil en groupe le lundi matin de 10h30 à 12h00 : ce temps d'entretien sans rendez-vous est ouvert à tous les parents qui ont besoin d'échanger avec des professionnels ou entre eux.
  • une prise en charge à la demi-journée ou à la journée, plusieurs fois par semaine, dans l'unité d'hospitalisation de jour ouverte 5 jours sur 7. Cette unité, « l'apatam », est dévolue aux patients nécessitant un travail et un suivi thérapeutiques soutenus. Elle est équipée pour accueillir 4 familles de 3 ou 2 personnes (parents-bébé).

Une équipe soignante pluridisciplinaire et en réseau

Le nouveau centre fédère déjà une dizaine de professionnels : un pédopsychiatre, des psychologues cliniciens, un médecin assistant, un cadre infirmier, une psychomotricienne, des infirmières et infirmières puéricultrices, une assistante sociale, une secrétaire médicale. « La particularité de cette Unité ne tient pas à notre façon de travailler, partagée par d'autres équipes analyse le Dr Quirot. Elle réside plutôt dans notre souci d'articuler étroitement les uns aux autres des dispositifs existant en d'autres lieux et ayant prouvé leur efficacité, de mettre en réseau les différents acteurs, hospitaliers et extrahospitaliers, de la prise en charge thérapeutique des bébés et de leurs parents. Nous souhaitons ainsi être une force de liaison entre l'hôpital et le domicile afin d'assurer aux patients une plus grande continuité thérapeutique dans la période périnatale ».
Pour compléter son maillage départemental autour des maternités, l'EPS de Ville-Evrard a également inscrit au Projet d'Etablissement 2013-2017 la création d'une équipe mobile en appui de l'activité de psychiatrie périnatale de liaison à l'hôpital de Montfermeil.

Pédopsychiatrie périnatale à Noisy-le-Sec

Contributions

DCOMVE-JC 
Catherine Fressoz
Vidéo : Cinéplume novembre 2013
Photo : capture d'images vidéo

Création : 21.10.2014
Mise à jour : 26.02.2015

Votre avis nous intéresse

Ajouter un commentaire

* - champ obligatoire

*




*
Pas de commentaire