Colloque : Vide de la pensée, banalité du mal et barbarie

Le Matin
Modérateur : Gabrielle ARENA, psychiatre, EPS de Ville-Evrard

9h15 - Allocation d’ouverture > Sophie ALBERT, directrice générale de l’EPS de Ville-Evrard

Après-midi
Modérateur : Daniel  ZAGURY, psychiatre,  EPS de Ville-Evrard

17H30 - Conclusions et fin de la journée.

Le psychiatre, à la suite de Karl Jaspers, maître d’Hannah Arendt, peut-il mêler sa voix au débat actuel sur la banalité du mal ?

L’antienne de la théorie situationnelle doit être corrigée à la lumière même de ce dont Hannah Arendt a eu l’intuition : le vide de la pensée, condition du mal, ce que la clinique de la seconde partie du XXème siècle a appris à décrire en terme de pensée opératoire, de carence élaborative ou d’alexithymie. Hannah Arendt a par contre saisi toute l’importance du rapport entre l’absence de mentalisation et l’action criminelle. Ainsi, peut-on sortir du balancement entre la  démonisation, « ce sont des monstres » et la généralisation « tout le monde peut le faire dans certaines circonstances ».

La barbarie des hommes ordinaires ne doit pas nous conduire à confondre banalité et généralité du mal.C’est sur ce thème, hélas éclairé par l’actualité, que nous vous invitons à venir réfléchir et à débattre avec des cliniciens, des philosophes, des historiens, des juristes au cours de cette journée d’étude.Lien vers V2 avec simplement le formulaire d'inscription

Création : 07.02.2017
Mise à jour : 07.02.2017