Télécharger le programme 

  •  

Argument

Le psychiatre, à la suite de Karl Jaspers, maître d’Hannah Arendt, peut-il mêler sa voix au débat actuel sur la banalité du mal ?

La réponse est positive, avec des arguments historiques, psycho-dynamiques et médico-légaux, notamment, puisés à la clinique des tueurs de masse, des délinquants sexuels, des tueurs en série, des terroristes.

L’antienne de la théorie situationnelle doit être corrigée à la lumière même de ce dont Hannah Arendt a eu l’intuition : le vide de la pensée, condition du mal, ce que la clinique de la seconde partie du XXème siècle a appris à décrire en terme de pensée opératoire, de carence élaborative ou d’alexithymie.

Hannah Arendt a saisi toute l’importance du rapport entre l’absence de mentalisation et l’action criminelle.

Ainsi, peut-on sortir du balancement entre la démonisation, «ce sont des monstres» et la généralisation «tout le monde peut le faire dans certaines circonstances».
La barbarie des hommes ordinaires ne doit pas nous conduire à confondre banalité et généralité du mal.

C’est sur ce thème, hélas éclairé par l’actualité, que nous vous invitons à venir réfléchir et à débattre avec des cliniciens, des philosophes, des historiens, des juristes au cours de cette journée d’étude.

 


Les interventions


Allocution d’ouverture
Sophie ALBERT, directrice générale de l’EPS de Ville Evrard

Le mal dit «absolu» : peut-on (et doit-on) le penser, ou bien est-il par nature impensable ? Présentation d’un projet de recherche
Pierre Henri CASTEL, psychanalyste, directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique

Psychagonia
Fethi BENSLAMA, psychanalyste, professeur d’université - Paris Diderot

Mes rencontres avec le mal
Denis SALAS, magistrat, enseignant, essayiste

Actes de terrorisme ou processus génocidaires ?
Remarques sur les meurtres de masse commis au nom de DAECH
Richard RECHMAN, psychiatre, anthropologue, directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales

La banalité psychique du mal
Daniel ZAGURY, psychiatre des hôpitaux à l’EPS de Ville Evrard, expert à la cour d’appel de Paris

L’avocat général face aux crimes ordinaires
Philippe BILGER, magistrat honoraire, ancien avocat général à la cour d’assises de Paris

L’ambiguïté du bien
Michel DUBEC, psychiatre, expert national agréé par la Cour de cassation

Réflexions actuelles sur le viol
Georges VIGARELLO, historien, directeur de recherche à l'École des hautes études en sciences sociales

La violence sexuelle, une violence ordinaire ?
Gabrielle ARENA, psychiatre des hôpitaux à l’EPS de Ville Evrard, responsable du CRIAVS Ile de France
Nord Est

L’enfer est pavé d’allégations de bonnes intentions
Bernard ODIER, psychiatre des hôpitaux à l’Association de santé mentale du 13e
 arrondissement de Paris

Création : 29.05.2017
Mise à jour : 31.10.2017